Relation abusive dans un couple

by - février 03, 2019

À cette époque, j'avais 18 ans. J'étais insouciante et n'avais eu qu'une courte relation avant ça. J'étais heureuse que ce mec autrefois très connu et très courtisé lorsque nous étions au collège vienne à m'ajouter sur Facebook des années plus tard. C'est alors que nous avons commencé à beaucoup parler… Chaque jour, chaque nuit. C'était d'ailleurs un beau parleur, le genre de mec à vous lancer de belles phrases dans la gueule afin de vous attraper lentement, mais sûrement. Peu de temps après nous avions décidé de nous voir. Je me souviens très bien de ce jour, j'avais passé la nuit chez une amie qui s'était amusée à me pouponner pour le grand jour. Nous nous étions données rendez-vous à un arrêt de tram et arrivée face à Lui il m'a fait son plus beau sourire. Il m'a tout de suite impressionnée, non pas par sa taille, mais par son assurance. Il dégageait quelque chose d'autre et je ne savais pas quoi. Nous avons commencé à nous promener sans vraiment savoir où nous allions. Je me souviens d'avoir bégayé quelques fois lors de notre conversation, chose qui ne m'arrive jamais. Plus les minutes passaient et plus j'étais mise en confiance. Il me complimentait énormément et aimait bien parler de lui, toujours, sans cesse. Il aimait beaucoup se montrer, savoir qu'il plaisait. Nous avions décidé de nous revoir à plusieurs reprises. Quelques semaines plus tard, nous étions officiellement en couple. Il m'avait intégré à sa bande de potes ainsi qu'à sa famille. Je faisais à présent entièrement partie de son monde. 

Tout a commencé par de petites choses/réflexions que je qualifierai de banal par rapport à ce qui s'en suivra. Il a tout doucement commencé par me mettre à l'écart de mes amis, à ce moment-là j'ai d'ailleurs perdu toutes les personnes qui comptaient le plus à mes yeux. Il devait toujours passer avant ma famille et mes amis. Je n'étais pas vraiment consciente de tout ça, pour moi, c'était tout simplement normal. Je me soumettais donc à ses demandes sans rien dire. Il était pour le moment cependant très gentil dans ses paroles et sa façon de dire les choses. Plus le temps passait et plus le ton montait dans ses demandes, dans ses paroles. Un jour, lorsque je rentrais du boulot, Il m'attendait à un arrêt de tram pas loin de chez moi. Il m'a alors subitement attrapé les mains en regardant mes ongles vernis. Il a levé les yeux aux ciels en me disant, "C'est les putes qui mettent du vernis, tu l'enlèves quand tu rentres, c'est moche ! Tes mains sont plus belles sans". Ne comprenant pas sa réaction je lui ai alors signalé que sa mère en mettait également. À ça Il m'a répondu "C'est ma mère, c'est pas la même chose". Je me suis alors encore une fois soumise à sa demande. Cela ne me ressemblait tellement pas, moi qui suis d'un caractère assez fort, à ne jamais me laisser marcher sur les pieds. Mais je pensais l'aimais, je n'avais eu qu'une courte relation à l'époque et je ne connaissais rien de l'amour. Tout cela était donc censé être normal. 

Peu de temps après une amie me proposa d'aller au NL contest. Je ne l'avais pas vu depuis le début de ma relation. Je Lui en ai donc parlé et j'avais une consigne précise à bien respecter "À 17h00 pile je veux te voir à l'arrêt de tram, ne rentre pas plus tard". Le temps passa et mon amie souhaita rentrer à 17h30, j'accepta en le prévenant. C'est alors que j'eu des messages à répétition me stipulant que je devais absolument rentrer tout de suite si je ne voulais pas que ça finisse mal. Il ne s'arrêta pas un seul instant de m'écrire. C'est alors que je commençais pour la première fois à angoisser. J'ai donc prévenu mon amie que je devais absolument rentrer. Arrivée à l'arrêt de tram, je vis que celui-ci ne devait pas venir avant une bonne dizaine de minutes. La peur s'empara alors de moi. Mais pourquoi ? Que pouvait-Il me faire ? Lorsque je Le vis enfin arriver ce fut un soulagement ! Entre temps, les sms ne s'arrêtaient pas.. Mon amie me posa donc des questions sur ma relation. Je me souviens lui avoir dit que tout allait bien, pensant dans ma tête que ce n'était qu'une mauvaise phase et qu'Il allait se calmer. Arrivée à l'arrêt de tram Il m'attendait de pied ferme. Je saluai mon amie, Il lui fit son plus beau sourire et lorsqu'elle n'était plus dans son champ de vision Il me lança un regard qu'Il ne m'avait alors jamais lancé auparavant. Il attrapa mon sac en me l'arrachant de mes mains et se mit à marcher rapidement. Je le suivais de près jusqu'à arriver dans une ruelle. Celle-ci était bien calme et sans passage. Je vis ses points se serrer, Il se tourna alors face à moi et commença à hurler "Je t'avais dit de rentrer à 17h00 !" Je m'excusai à plusieurs reprises. C'est alors que sa mâchoire se serra, ses sourcils se froncèrent subitement et là, Il leva pour la première fois sa main vers moi. Je plaçai instantanément mes bras au-dessus de mon visage en fermant fortement mes paupières. Il ne fit rien et à la place Il frappa contre le garage se trouvant à ma gauche. Je fus surprise du bruit et détachai mes bras de mon visage. Mon regard se posa alors sur Lui, ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer. Toujours très en colère Il continua son chemin avec toujours à sa main, mon sac. Je continuais alors à le suivre de près en essayant de chercher des explications, en continuant de m'excuser, en cherchant à savoir ce que j'avais fait de mal. Nous sommes à ce moment-là arrivés à côté de notre ancien collège. Il s'arrêta à la rue la plus calme encore une fois. Il se tourna à nouveau vers moi en me disant qu'il allait balancer mon sac par-dessus afin qu'il atterrisse dans la cours du collège à ce moment-là fermé. Une forte colère s'empara de moi et je lui dis "T'as pas intérêt à balancer mon sac par-dessus ! Rend le moi !" Mes mains attrapèrent le sac et je commençais alors à le tirer vers moi. Il fit de même en le ramenant à lui. N'étant pas très forte, j'abandonnai, les larmes me montèrent aux yeux. J'essayais de calmer la chose en parlant plus calmement, mais Il hurlait toujours en radotant les mêmes paroles. C'est à ce moment-là qu'une cycliste passa à côté de nous en ralentissant doucement, elle lui lança un regard perçant. Il se mit alors à hurler sur cette cycliste "Tu veux quoi toi ? Casse toi !". Celle-ci prit la fuite en un instant et je me retrouvais alors à nouveau seule face à lui. Sans rien comprendra Il se calma, me donna mon sac et me dit "C'est bon on oublie, mais ne me refait plus jamais ça". 

La fois suivante, je me trouvais alors chez Lui, comme toujours d'ailleurs. Nous étions dans sa chambre, Il était sur son bureau à jouer à un jeu sur son ordinateur, j'avais quant à moi emmené le mien chez Lui afin de pouvoir travailler sur mon blog. Je ne sais plus pourquoi, mais nous nous sommes mis à rigoler d'un coup. Mes mains se balancèrent dans tous les sens et sans faire exprès, je Lui cassai sa boucle d'oreille. Son regard se posa sur moi, Il commença alors à s'énerver, ferma son poing et me donna quelques coups sur mon bras. Je Lui disais d'arrêter, que ça me faisait mal mais Il continua jusqu'à ce qu'Il entende les pas de sa mère arriver. Lorsqu'elle entra Il avait déjà cessé. Elle nous demanda ce qu'il se passait. Il lui dit avec colère que j'avais cassé sa boucle d'oreille. Sa mère regarda la boucle et lui dit qu'elle ne pourrait malheureusement pas la réparer, mais qu'elle lui en trouverait une similaire. Il lui dit que c'était celle-ci qu'Il voulait et pas une autre elle lui répondit alors d'arrêter de faire le bébé et elle me regarda en souriant comme pour me rassurer. 

Il lui arrivait très souvent de passer de longues minutes à se regarder le torse nu devant son miroir à répéter sans cesse "Comme je suis beau ! Hein j'suis beau ? T'as de la chance hein ?" Il passait sa main sur son torse, ses cheveux à scruter les moindres détails de son corps tout en continuant à s'en vanter. 

Un soir, nous étions invités chez un couple d'amis que je n'avais alors jamais vu. D'autres amis que j'avais quant à eux déjà rencontré étaient également de la partie. Ils étaient tous plus vieux que moi et les âges allaient de 20 à 30 ans. La soirée se passa très bien, je me suis entendue avec la totalité des personnes présentes à cette fête. Vers 02h00 du matin le couple d'amis nous raccompagna chez nous avec leur voiture. La fille était au volant, son compagnon du côté passager. Le frère de cette fille était à l'arrière de la voiture à ma gauche et Lui, se tenait à ma droite. J'étais assez fatiguée, mon regard était fixé sur la route quand tout à coup sans comprendre pourquoi Il commença à s'emporter avec son ami. Celui-ci lui demanda gentiment de se calmer, mais ce n'est pas ce qu'Il fit, bien au contraire. Son ami demanda donc à sa copine d'arrêter la voiture le plus rapidement possible. Celle-ci s'arrêta sur un trottoir. Son compagnon sortit de la voiture et Lui demanda de descendre aussi afin de régler tout ça. À peine sortit Il lui dit "Tu veux me foutre la honte devant ma copine c'est ça ?" Son ami voulait simplement essayer de le calmer mais Il commença à le pousser. L'ami en question renchérit et ils commencèrent alors à se battre. Voulant intervenir, je me préparais à sortir de la voiture, mais le frère de la fille se trouvant à ma gauche me retint par le bras en me disant de ne pas y aller. La fille se tourna vers moi au même moment et me dit qu'elle allait sortir pour calmer le jeu. Elle essaya donc de les arrêter en hurlant contre eux. Malgré tout, peu de temps après, voyant la situation se dégrader, je décidai de sortir à mon tour suivi de près par le frère. Je vis que son ami essayait toujours de le résonner par des paroles mais Il était totalement déchaîné et n'écoutait rien. La fille quant à elle, continua de hurler pour que tout ça s'arrête. Elle décida d'appeler les autres amis qui étaient partit de leur côté avec une autre voiture. Dix minutes plus tard, ils se trouvaient avec nous et essayaient de calmer le jeu, mais rien n'y fit. Il finit par s'avancer vers moi énervé comme je ne l'avais jamais vu auparavant. Il m'attrapa fortement le poignet en le serrant de toutes ses forces. Il me dit "Toi, tu viens avec moi, on va rentrer à pieds" Nous étions alors très loin de nos maisons respectives et je n'avais absolument pas envie de rentrer a pied avec Lui dans un état pareil. Je lui criais alors de me lâcher, en lui disant qu'Il me faisait mal mais Il continua. Ses amis sont alors venus vers moi pour le stopper en lui criant de me lâcher. À ce moment-là, j'étais en pleur. Deux de ses amis me prirent à part un peu plus loin pour que je me calme. Tout ça mis 03h00, le temps de le calmer. Je ne me souviens pas de tous les détails puisque je suis pour la plupart du temps resté bien loin de lui. Un peu plus tard, nous avons donc repris la route dans le calme et lorsque que nous sommes arrivés devant chez lui Il sortit de la voiture et me tendit sa main en me disant "Je te raccompagne chez toi" Son ami intervint et lui dit "Non on va la raccompagner, hors de question que tu la raccompagnes". Il insista en me disant de sortir immédiatement de la voiture. La fille se tourna vers moi et me regarda longuement en me disant de rester avec eux pour être certaine que je rentre bien chez moi. Il continua d'insister en m'attrapant cette fois-ci la main tout en la tirant vers lui. Je dis alors au couple d'amis, " C'est bon, je vais rentrer avec lui". La fille me regarda encore en me disant de rester. J'insistai en leur disant que tout allait bien se passer. Elle me demanda alors où est ce que j'habitais, je lui donnai mon adresse. Quant à lui, Il continuait de me tirer vers lui, cette fois-ci, je me levai du siège et sortis de la voiture en les remerciant et en m'excusant pour tout. Lors de notre marche vers chez moi Il m'attrapa la main et la tenant tout le long du chemin. Arrivés en bas de chez moi Il me dit "Si tu me quittes je vais te faire la misère à toi et ta famille". Ses paroles me trottèrent dans la tête toute la nuit. Le lendemain, j'étais invitée à manger chez lui avec sa famille. Sa maman me prit à part et me demanda si c'était bien son ami qui avait commencé, puisqu'Il avait raconté notre soirée à sa famille. Il se trouvait alors derrière sa mère et me lança un regard, ce regard que je connaissais si bien… Je n'avais pas intérêt à aller à l'encontre de ses paroles. Je confirmai alors qu'Il n'avait pas commencé. Elle fut soulagée et me dit qu'heureusement parce qu'un peu plus tôt dans la matinée Lui et ses frères sont allés régler le compte à son ami. À ce moment précis, je me sentais très mal. Un peu plus tard Il m'expliqua qu'Il s'était vengé pour lui avoir foutu la honte devant moi, sa copine. 

J'avais toujours des bleus aux mêmes endroits. C'étaient toujours les bras qui étaient touchés. Je n'osais pas le quitter à cause de ses paroles "Si tu me quittes, je vais te faire la misère à toi et ta famille". Ce n'était pas pour moi que j'avais peur, mais pour ma famille. Je n'étais plus moi-même. J'avais perdu la totalité de mes amis, je n'étais à présent qu'avec Lui chaque jour. Beaucoup d'autres choses se passèrent encore, mais je vais m'arrêter là et vous parler de comment tout ça se termina. 

Un après-midi Il m'appela au téléphone totalement hystérique en me disant que ce n'était pas normal qu'en quatre mois nous n'ayons toujours rien fait. Que c'était un homme et qu'il avait ses besoins. À 18 ans, j'étais encore vierge et n'avais encore jamais rien fait. Il était hors de question qu'une personne comme Lui me prenne ma virginité. Il avait souvent tenté beaucoup de choses mais jusqu'à présent j'arrivais à l'en empêcher. Mais avec tout ce qu'Il m'avait déjà fait subir physiquement et moralement qu'était-Il capable de faire s'il n'y avait personne chez Lui? Je me souviens d'avoir été dans ma chambre à ce moment-là, en faisant tout pour ne pas pleurer, en me retenant pour ne rien laisser paraître à ma mère qui se trouvait dans ma chambre au moment de l'appel. Il hurlait au téléphone, je l'ai même entendu cogner contre son mur à un moment et entendu au loin sa mère lui dire d'arrêter ça. S'en était à présent trop pour moi. Je raccrochai et c'est là que j'eu le déclic, cet appel avait été ma prise de conscience. La Sara qui avait été délaissée, oubliée était à présent à nouveau là. Je ne voulais plus continuer à vivre toutes ces choses. Je n'étais plus heureuse, je n'étais tout simplement plus moi. Je m'étais perdue. J'avais peur sans cesse et c'était le moment de dire STOP. Il continuait de m'appeler et m'envoyer des sms. J'attendis le soir, après avoir longuement réfléchi, à ressasser tout ce qu'il s'était passé ces quatre derniers mois. Je décidai d'envoyer un sms à deux de mes amis avec qui j'avais perdu le contact depuis que j'étais avec lui en leur racontant le plus gros de l'histoire. Évidemment elles m'ont soutenu en me rassurant, en me disant qu'Il ne pouvait rien me faire à moi et ma famille, qu'Il n'avait pas le droit de s'en prendre à moi si j'en parlais. Je me souviens leur avoir beaucoup parlé, d'avoir été en pleur dans ma chambre toute la soirée. Au bout d'un certain moment, je Lui ai écrit un pavé, le plus long sms que je n'avais jamais écrit auparavant en Lui disant que tout était terminé cette fois. Quelques minutes plus tard Il décida de m'appeler. Je décrochai. Il pleura et s'excusa pour tout, me disant qu'Il allait changer, qu'Il voulait que je reste avec Lui parce qu'Il m'aimait. Il me dit mille et une belles paroles plus fausses les unes que les autres. Des paroles balançaient dans le vent histoire d'essayer de me faire rester à ses côtés. Mais c'était bel et bien terminé. J'avais repris conscience. Le lendemain matin Il avait laissé devant ma porte un gros ours en peluche, un bouquet de fleurs avec les prix indiqués dessus. J'avais à ce moment précis cette impression d'être achetée. Il ne m'avait en quatre mois jamais rien acheté et là, Il venait avec ses cadeaux accompagnés des étiquettes toujours présentes. Une carte se trouvait également là avec inscrit "Ne me quitte pas, je t'aime". L'une de mes amies était venue me voir, au même moment je racontai à ma mère que c'était fini avec Lui, sans tout lui dire puisque j'avais tout de même un peu peur de lui en dire trop. Je lui racontai seulement qu'Il avait envie de le faire et qu'Il s'était déchaîné parce que je n'étais pas prête à le faire avec Lui. Je lui ai également dit qu'Il avait levé sa main sur moi sans me toucher. 

Mon amie m'accompagna le même jour chez Lui afin de Lui rendre ses affaires. Arrivées devant sa porte, je sonnai, mon amie m'attendit dans la cage d'escalier. J'entrai chez Lui, sa mère était présente ainsi que l'un de ses frères. Quant à Lui, Il était là, agenouillé face à moi, en pleurant, me suppliant de ne pas le quitter. Mais c'était fini, j'ai écourté tout ça, partant en le laissant derrière moi. Je passai la journée avec mon amie et en allant en direction de chez moi, nous l'avons croisé. Il m'attrapa le bras, le serrant très fort, Il était incontrôlable. Il me disait qu'Il était désolé, Il me suppliait encore et encore. Mon amie prit son bras en Lui disant de me lâcher. Il me lâcha en continuant de parler, je courus alors jusqu'à chez moi avec mon amie. Arrivées en haut mon amie regarda par la fenêtre et Il était encore en bas à faire les cent pas. J'avais vraiment peur. Mon amie décida d'ouvrir la fenêtre en lui hurlant de partir et de me laisser, qu'on allait appeler la police. Il marmonna quelque chose et s'en alla. Les deux premières semaines j'eu encore pas mal de messages et d’appels. Par la suite plus rien. C'était enfin terminé. Je pouvais à nouveau respirer. J'ai retrouvé mes amis et ma vie d'auparavant. J'étais à nouveau heureuse même si j'avais toujours peur de le croiser puisqu'il n'habitait pas bien loin de chez moi… À trois minutes à pieds très exactement. Mais je ne l'ai plus jamais revu. 

Cet article a été très difficile à écrire. Moralement, j'ai beaucoup pleuré. Ressasser le passé comme ça, revivre toutes ces choses ne fut pas facile. Je n'ai pas tout raconté, mais je pense avoir raconté l'essentiel en mettant un peu de tout. Il y certaines choses, certains détails que je préfère garder pour moi. Je n'avais pas non plus envie de raconter ces quatre mois entièrement, cela aurait été beaucoup trop difficile à vivre pour moi. Mais je suis fière, après 7 ans de pouvoir réussir à enfin en parler en racontant mon histoire. Partager tout ça et peut être aider quelques personnes dans la même situation dont j'ai été confrontée. Si vous vivez une situation similaire, n'hésitez pas à venir me parler, je saurai vous écouter, vous conseiller.

You May Also Like

5 commentaires

  1. Cet article donnera du courage à beaucoup de personnes !

    RépondreSupprimer
  2. Je retiens dans cette histoire que tu as fait preuve de beaucoup de courage ! Malheureusement ce n’est pas le seul pervers narcissique sur terre donc j’espère que d’autres personnes auront ton courage..
    Ton article a été agréable à lire, merci

    RépondreSupprimer
  3. Je n'aurais jamais pensé qu'un tell histoire puisse t'arriver.
    Et je pense que ce chapitre de ta vie t'a permis de grandir par le courage que tu as dû avoir pour tous arrêter ! Je pense que cet articles permettra d'aider plusieurs personnes !

    RépondreSupprimer
  4. Cet article est très fort. Tu as été très courageuse d’arrêter cette relation avant que ça empire. Et je suis sûre que ton article aidera beaucoup de personnes !!!

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas de mots.... J'espere que cet article aidera bzaucoup de personnes, qui se reconnaîtront et qui oseront en parler..

    RépondreSupprimer